Dernières réalisations

Dernières réalisations

Chaudières pulsatoires

Chaudière pulsatoire gaz 32kW AUER en région Ile-de-France.

chaudière à gaz pulsatoire

La pose de cette chaudière pulsatoire permet à son propriétaire d’économiser jusqu’à 32% de gaz par rapport à une chaudière NF haut rendement. Pour ce projet, nous avons également mis en place un CESI SunGeoGet de 400L…

Cette chaudière bénéficie d’un crédit d’impôt de 25%

Demande d'informations ou demande de devis
Lexique 3 mots

Chaudière à gaz pulsatoire

Le principe est simple : contrairement aux chaudières classiques, la source d’énergie de la Chaudière à gaz pulsatoire n’est pas une combustion continue, mais une succession de micro-combustions. En effet, il n’y a pas de brûleur mais une chambre à combustion : à travers un clapet métallique, on introduit dans cette chambre à combustion, un mélange air-gaz. Une bougie déclenche l’allumage. Comme l’enceinte est ouverte, c’est une micro-combustion. Le clapet se referme, les gaz à combustion s’échappent à grande vitesse à travers le faisceau des tubes de l’échangeur, créant ainsi une dépression, soit un vide. Le clapet s’ouvre, le mélange air-gaz remplie à nouveau la chambre à combustion et le cycle recommence. Dans les tubes de l’échangeur, la veine gazeuse avance par saccades. Après chaque combustion, elle avance puis recule légèrement en se refroidissant pour avancer à nouveau, poussée par les gaz de combustion suivants. Au lieu d’un écoulement laminaire, la pulsatoire génère un écoulement turbulent, c’est-à-dire qui présente en tout point un caractère tourbillonnaire, gage d’un excellent échange thermique. Puisqu’il y a 115 micro-combustions par seconde et que les gaz cèdent leurs calories dans 18 tubes, ce sont donc plus de 2000 cellules d’échange par seconde pour la pulsatoire qui transmettent au fluide de chauffage la quasi totalité de l’énergie des gaz. La très haute performance de l’échange est confirmée par la température résiduelle des gaz, à la sortie, ils sont de moins de 50°C. Ils seront évacués par un simple tube de PVC. Bilan : plus de 40% d’économies d’énergies par rapport à une chaudière traditionnelle. Et bénéficiez en plus d'un crédit d'impôt allant jusqu'à 40% (voir crédit d'impôt).

Chauffe-eau solaire individuel

Installation permettant de chauffer l'eau d'une habitation grâce à l'énergie solaire. Dans le cas d'un CESI (Chauffe-eau solaire individuel), le fluide caloporteur du panneau solaire transmet sa chaleur à l'eau sanitaire en passant dans un échangeur thermique. Alors qu'il a cédé sa chaleur, il repart vers les capteurs où il sera de nouveau réchauffé. L'eau chaude sanitaire est stockée dans un ballon auquel on peut adjoindre un dispositif complémentaire (résistance électrique ou deuxième échangeur thermique relié à une chaudière traditionnelle au gaz, au fioul ou au bois) permettant de pallier à un défaut d'ensoleillement.

Crédit d’impôt

Que ce soit des panneaux solaires, des récupérateurs d’eau de pluie, des pompes à chaleur ou des chaudières pulsatoires, tous ces systèmes d’économies d’énergies écologiques ouvrent droit à un crédit d’impôt plus ou moins important : - Panneaux photovoltaïque : 50% - Panneaux thermique : 50% - Récupérateur d’eau de pluie : 25% (En attente de sa mise en application - projet de loi) - Chaudières Pulsatoires : jusqu'à 40% Pour bénéficier de ces déductions, plusieurs règles sont à respecter : - Le matériel doit être installé par un professionnel - Le crédit d’impôt ne concerne que le matériel et non la pose - Le matériel doit être agréé - Ne peut concerner que votre habitation principale (propriétaire ou locataire). N’oubliez pas qu’il s’agit d’un « crédit d’impôt » ; ce qui signifie que les dépenses engagées, par exemple, en 2007 ne seront remboursées (par une déduction de votre Impôt sur le Revenu) qu’en 2008. De plus, il existe un plafond de dépenses : - 8000€ pour une personne célibataire, veuve ou divorcée, - 16000€ pour un couple marié ou pacsé (imposition commune) majoré de 400€ par personne à charge. Ces majorations sont divisées par deux pour les enfants vivant en résidence alternée. Enfin, vous pourrez bénéficier de ce crédit d’impôt, que vous soyez imposable ou non. En effet, si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt dû, l’excédent vous sera remboursé. Si vous êtes non imposable, c'est la totalité du crédit d’impôt qui vous sera remboursée.