Actualités

Actualités

-30% d’émissions en 2020

Très attendue, c’est une communication sur le changement climatique pour le moins paradoxale qu’a publié la Commission européenne mercredi 26 mai. D’un côté, la commissaire chargée de l’Action climatique, Connie Hedegaard, estime que ”faire passer ou non de 20 à 30% notre objectif en matière de réduction des émissions pour 2020 est une décision politique que les dirigeants de l’UE devront prendre lorsque le calendrier et les conditions s’y prêteront”. De l’autre côté, à en croire Bruxelles, l’adoption d’un tel objectif additionnel n’aurait que des avantages pour l’Union européenne.

La crise fait baisser l’ardoise climatique
La Commission européenne n’a donc pas osé proposer l’accroissement de l’objectif. Mais, elle n’en démord pas, cet objectif a tous les avantages. Premier argument en faveur d’un passage à 30% de réduction d’émissions en 2020 : la crise économique a fortement réduit le montant de l’ardoise climatique européenne.

De plus, l’UE doit anticiper son objectif à long terme de baisse de 80 à 95% (!) de ses émissions d’ici 2050, rappelle Bruxelles, qui sous-entend que l’objectif actuel ne permet pas l’atteinte de ce but.

Au passage, elle rappelle que l’UE a réduit ses émissions de 14% en 2009 par rapport à 1990 ”grâce à” la crise. Ce taux de réduction ne peut pas être extrapolé dans le futur car la production des industries intensives en énergie reprend, précise-t-elle.

Plusieurs scénarios pour passer à un objectif de -30%
Pour la première fois depuis l’adoption du paquet énergie-climat, la Commission envisage concrètement le passage d’un objectif de -20 à -30% d’émissions. Cet effort supplémentaire sera le moins coûteux à effectuer dans les Etats membres les plus pauvres de l’Union, indique-t-elle. Globalement, les efforts à accomplir par les secteurs couverts par le marché européen du carbone (ETS) et ceux qui ne le sont pas (non-ETS) ”restent largement les mêmes que pour l’objectif de 20%”.

Bruxelles éclipse aussi le risque de fuites de carbone brandi par les industriels. Bien que les mesures actuelles telles que les quotas gratuits visant à prévenir la fuite de carbone restent à ses yeux justifiées, ce qu’ont récemment contesté les Verts européens, ”l’augmentation de l’objectif à 30% (…) aurait une incidence limitée en termes de fuite de carbone” si les signataires de l’accord de Copenhague respectent leurs engagements.

Enfin, l’exécutif européen chiffre entre 3,5 et 8 milliards d’euros par an en 2020 les économies réalisées en matière de santé, ainsi qu’à 3 milliards d’euros celles réalisées en matière de contrôle de la qualité de l’air.

La communication de la Commission européenne a été saluée par les Amis de la Terre Europe et les Verts européens.

Pour lire l’article complet, allez sur Actu’Environnement.com

Demande d'informations ou demande de devis

Sur le même sujet :

  1. Hausse des tarifs EDF de 1,9% pour les particuliers
  2. Les journées entreprise et Développement Durable – Du 12 au 16 avril 2010